19 – Pas cool…

Nouvelles fournée de nouvelles ! Cependant, la croisière tranquille  n’est pas aussi tranquille qu’annoncée. Pour vous donner une bonne idée de l’état d’esprit de notre navigatrice nationale, une petite phrase de son cru :
Putain le démarrage de merde !
Le langage est moins fleuri par la suite, je vous rassure.
Après un joli départ, la remontée dans la Storm Bay qui ne portait pas son nom (magnifique sous un beau soleil) a eu ses hauts et ses bas mais on est sorti environ 4e des eaux tasmaniennes et là, les choses se sont gâtées…
Storm Bay voulant littéralement dire la baie des orages. On peut s’imaginer que le ciel doit être aussi bleu que lors du départ de l’étape !
24231804_10155881537087726_6573798779020342340_n
Photo prise lors du départ de l’étape
Merdouilles dans les manœuvres, mauvaise option et on est en queue de peloton.
Vent dans le nez (pas mal en plus), des malades à bord (les pauvres je les plains car ils sont malades comme des chiens pendant 2 ou 3 jours)… et dernier point non négligeable pour la première fois, j’ai des horaires pas cools : sur le pont de de 11h à 3h, puis 8h de sommeil (je suis en train d’en rater pour vous !) donc en plein jour, de 23h à 3h du mat sur le pont’ puis de 3h à 7h en support et enfin de 7h à 11h mes 4 h de sommeil. Jusque là j’avais eu du bol sur mes horaires, je ne pouvais pas gagner à tous les coups !

La watch pour qui nous sommes en support est une petite watch ce qui fait qu’ils ont besoin du support ! Avantage : pas le temps de faire du nettoyage en bas et dehors sur le pont, inconvénient c’est crevant d’être 2 à 3 heures de plus sur des grosses

manœuvres !
Vous pensiez que c’était tout ? Que cela ne pouvait être pire ? Que nenni !
Vous allez vraiment me prendre pour une dingue (ah oui, j’oubliais un chiotte est en rade et le watermaker fait des siennes ) mais globalement ça va pas mal du tout !!!
Le watermaker étant comme sont nom english l’indique, la machine à désaliniser l’eau à bord du bateau!
Après 2 nuits hyper dures (je vous raconterai une autre fois!) on le prend plus cool aujourd’hui !
Je vous laisse je mets mon masque et je vous dis à très vite !
Bisous
C’est tout pour aujourd’hui ! On vous tient au courant dès qu’on reçoit des  nouvelles !
Marie & Vanessa

18 – Sydney Hobart : done !

Coucou

Eh oui, j’ai fait la légendaire Sydney Hobart !

Un départ par un temps très calme ( tant mieux vu le trafic !) et 3 jours, 3 heures et 3’ plus tard (fallait le faire!), nous coupions la ligne d’arrivee sous spi devant Hobart.

Le record de la course a été battu ( pas par nous !!!) car nous avons été sous spi quasiment non stop jusqu’à l’entrée de la baie d’hobart. Des vents moyens sauf une nuit oú c’est monté assez fort et durant laquelle Alison, notre victualler, a eu le bras cassé par un claquement de l’ecoute De spi : pas facile nos Clipper boats… Bob et Mick (notre nouveau first mate) lui ont mis une attelle et elle a tenu le coup pendant les 2 jours de course qui restaient ( assez euphorique à Vrai dire avec la codéine!). Direction hôpital à l’arrivee à Hobart mais ils ont mis 5 jours avant de l’operer car ils n’avaient pas les plaques pour sa… double fracture). On espère qu’Alison pourra réintégrer sa place très vite…

AC13A1ED-F387-4477-9123-1B614E307766
Parade devant l’opera
02AF8B6E-1604-4F5A-89DA-684E34488E58
Avec Seumas avant le depart
87CED64C-3DC6-417C-A248-033B3A62EB08
Les petits du coin !
756F07E4-DFF3-45D4-931C-966E37E4B154
Notre Blue boat
79D0F473-34A1-4FD6-AC4D-67A7B5BE2E56
Départ de la Sydney Hobart, ligne de départ 2

 

Une arrivée dans la baie d’Hobart sous un soleil magnifique, plus de 3 heures et demi à régler le spi avec le Paul à la barre et une belle remontée.

A3432486-E50F-43B4-AAC6-23B5D10B20DB

 

Stopover à Hobart hyper sympa avec « quelques » verres, la remise des prix très officielle, le 31 décembre sur notre bon vieux Unicef, une (seule) mini excursion et toujours le Team Unicef !

Impossible de charger les photos que je voulais ! Next time…

Demain départ pour Airlie Beach, 15 jours de mer environ et dernière étape de mon aventure…

Bises tasmaniennes !

 

 

17- Étape à Sydney

F212B27B-6FBC-42A8-9738-98ABC658801FAprès une magnifique arrivée à Sydney sous le soleil, le stopover a été riche en événements divers !

Du boulot sur le bateau : mes compétences en bricolage augmentent doucement… (très)

Des piques niques dans le parc et des bons restaurants

Des moments qui valent chers 🙂

Plage sous le soleil et sous la pluie

C1F7EF8D-5661-4DE1-871F-6B7F20001B9B2DCFCCE5-E7B6-486A-B091-9263798C1959DC4A0FA6-E9BA-4412-BF58-49056F3990C2

 

Un réveillon de Noël avec tout l’équipage commencé dans la piscine, des cadeaux tirés au sort hilarants, LA chanson Unicef et pas mal de bulles pétillantes…

467D6D72-B5E7-4C43-BC3D-B5CBEC3F7DAF

Et toujours Sydney, la belle ville…

42C8818A-87DC-4207-B011-B43591A5B8E2586353A7-FF71-480F-BA6C-FF88A55CD0C4

Merci à mes très chers amis Sarah et Pete pour avoir pris soin de moi, à leur amie Jane de m’avoir hébergée durant toute la durée de mon séjour.

Demain départ de la course mythique Sydney Hobart et Rdv en Tasmanie vers le 31/12.

Joyeux Noël de Down Under !

Bises.

16- Alors, cette 1ère étape du leg 4, c’était comment ?

Cette première phase de ce leg 4 a été à la fois intéressante et frustrante…

Nous avons pris un départ très minable de Fremantle mais rapidement on est revenu dans la course en restant au contact des leaders. Quelques trous de vents non attendus plus tard nous finissons à une 6e place, honorable mais pas glorieuse non plus ! Pas de grosses réparations de spi ( pour ma part, je n’ai eu à gérer LF qu’une seule fois ) et globalement pas de gros problèmes. Des nuits incroyables avec un nombre d’etoiles filantes hallucinant en filant sous spi ou sous génois, des « trucs » phosphorescents flottants (selon les avis il pourrait s’agir de poulpes ou de méduses) mais qui font environ une cinquantaine de cms et qui «  jalonnent » le chemin… des dauphins au milieu de la nuit alors que tu es seule à l’avant du bateau pour régler le spi et qui font des sillages lumineux… Magique…

On est descendu jusque dans le 44e  parallèle  ce qui est tres sud : du froid, des albatros, de grosses vagues mais rien de terrifiant. En fait, je me rends compte qu’en ayant confiance dans le bateau et dans les personnes, rien ne me fout la trouille. Des départs au lof sous spi (le bateau se couche à cause du vent) alors que tu es à l’avant peuvent être impressionnants mais sans plus… on a eu jusqu’à une bonne quarantaine de noeuds de vent : le bateau gîte beaucoup (Très inconfortable à l’intérieur) mais spectaculaire à l’exterieur.

A la suite du leg 1, je m’etais fixé quelques chalenges  supplémentaires : barrer plus et être plus opérationnelle dans les manœuvres  de pont. Globalement (et soutenue par Paul et Bob), je suis assez contente du résultat. Et j’ai comme objectif de poursuivre dans cette voie. Je suis notamment identifiée comme la barreuse du petit temps merdique: loin d’etre Facile avec notre gros patapouf d’Unicef et pas toujours évident de se sortir de ce qui ressemble parfois à de la mélasse ( 360º sous spi en qq minutes !). Dès que le vent forcit la barre est  assez dure et fait que seuls les costauds peuvent barrer. La nuit qui a précédé notre arrivée à Sydney, au près à 8 ou 9 noeuds dans une nuit noire, barrer a été encore une belle expérience…

Sydney  : une arrivée sous le soleil et sous spi, un yacht club très classe, des soirées déjà très sympas, Sarah & Pete mes amis venus nous accueillir… je suis d,ailleurs hébergée chez une de leurs amies qui habite á 5’ du club (certes le chemin est un peu raide mais la vue est  incroyable)…

Pour la maintenance, J’ai négocié pour quitter l,équipe Voiles (adieu LF!) et rejoindre l’équipe Deck et apprendre de nouvelles choses : après  avoir démonté et graisser 5 winches aujourd’hui, j’ai largement augmenté mon domaine d’expertises !!!

j’ai plein de chouettes photos dans mon appareil mais pas encore accessible sur le net : à venir…

A très vite peut-être avant le départ de la Sydney Hobart.

bises chaudes australiennes !

 

 

 

15 – A l’assaut de l’Australie

Il était grand temps de reprendre les rênes de ce blog ! Ce sont bien Vanessa et Marie qui vous parlent.
Commençons par quelques photos de Sylvie sur le départ avec les amis australiens Sarah & Pete ! Vous pourrez également y remarquer Paul (un autre membre de l’équipage UNICEF, voir plus bas) ainsi qu’une bannière d’encouragement (en plus petit format qu’à Liverpool) mais toujours là pour le départ !
Cela fait maintenant quatre jours que le départ a été donné et on n’attendait plus de nouvelles ! Mais les voici toutes belles et toutes fraîches :
Salut la compagnie,
Le retour aux affaires a été un peu douloureux. Du vent et du près pour démarrer c’est dur et pour compléter le tableau des gens malades tout autour ne rend pas les choses très agréables ! En ce qui me concerne et comme d’hab, je ne suis pas malade mais simplement et totalement amorphe ! Cela dure une 1/2 journée et ça passe… je m’en sors très bien !
Si cela peut vous rassurer, même à terre le matin, Sylvie est aussi un peu amorphe…
Depuis hier, tout le monde a repris des forces et la vie sur le bateau redevient normale : sur le pont, à l’intérieur ou dans sa bannette.
J’ai hérité d’un bon créneau de quart (watch) : sur le pont de 8h du mat à midi, en support de 12h à 16h, en off ( petite sieste) de 16h à 20h, puis de nouveau sur le pont de 20h à minuit puis au dodo pour 8 h ! Le bon plan est de pouvoir dormir la nuit (plus facile, plus calme…) et non pas dans la journée.
Ma watch est sympa : le chef Paul (super pote qui ressemble à son bouledogue !), l’autre Paul (grand Australien qui vit à Genève), Myrjam notre Suisse vivant en Suède, Jean Michel un ancien collègue de BPCE (eh oui le monde est petit !!), Jeni une petite Anglaise adorable qui reprend tout juste goût à la vie après avoir été malade non stop, Cameron le bébé du bord du haut de ses 18 ans et qui dort n’importe où. Voilà pour la Team de 7 ! Je vous parlerai des autres plus tard au fil des péripéties !

Et pour vous faire une idée de qui est qui, voici un petit trombinoscope  :

 

Nous avons sur cette étape la reporter de la Clipper, Dani. Elle embarque et elle filme pour réaliser un documentaire pour des TV. On verra si on apparaît dans le scope !
Suite aux récents événements (un bateau out et un décès), la Commission anglaise a demandé à ce qu’un 2e Yachtmaster embarque sur chaque bateau : nous avons donc hérité de Mark, notre 23e homme, la soixantaine, les cheveux longs et le crâne dégarni comme on les aime ! Il a tenté d’échapper aux corvées du bord mais Anne Lise et Alison l’ont vite rattrapé au coin de la galley ( la cuisine) et il vide les cales comme les autres !
Pas encore de photo de Mark mais promis dès que c’est le cas, on vous la partagera !
Dernière info importante : ma bannette ! Heureusement Anne-Lise m’a attribuée une bannette basse mais qui peut être compliquée d’accès quand elle est au vent. De grands moments de solitude pour y grimper mais je vais copier une technique adoptée sur une autre (une petite corde judicieusement placée) qui devrait me faciliter la grimpette. Mais filmer l’expédition est toujours interdit ! Je la partage avec Artur, Polonais résidant en Suède mariée à une Italienne et parlant 6 langues ( comme Myrjam!).
Pour le coup, voici le binôme bannette du leg 4 :

 

Bon, c’est tout pour aujourd’hui. Je vous parlerai de Bob the boss une autre fois mais bien le connaître facilite grandement  la tâche quand il prend son air grognon d’ours mal léché !

On attend d’avoir des infos croustillantes alors !

24176856_10155881856232726_6390539243015005879_n
Bob le skipper !
Bises à tous.
Sylvie dans les océans du Sud en route pour Sydney
Dernière info en ce jour du 6/12 à 15h, Unicef est deuxième : carte
Et voilà, c’est tout pour aujourd’hui.
Comme d’habitude, n’hésitez pas à laisser un petit commentaire, ça avait fait très plaisir à Sylvie lors de son retour de Punta !
On se retrouve aux prochaines nouvelles !
Vos Envoyées Spéciales, Vanessa & Marie

On vous laisse avec une petite série de photos du départ :

IMG_4109
Photo prise par Sarah & Pete. Thanks again !
24174425_10155881263092726_4352743605163709994_n
L’équipage au grand complet ! Crédit photo : Clipper Race

24312691_10155881854292726_780959960383495132_n24177103_10155881499857726_8348631385075236907_n

14- Back to business !

 

Arriver à Fremantle et retrouver le Team Unicef, c’est comme retrouver sa famille : se mettre au niveau des derniers rebondissements et gossips, rejoindre la voilerie et retrouver LF (ndr : la machine à coudre prénommée Little Fucker), boire quelques bières… Retour à la routine quoi !

La bonne nouvelle c’est que Unicef a gagné  le leg 3 : après toutes les mésaventures des précédentes étapes (ndr : un massif trou de vent et des avaries), c’est top d’ être là pour le célébrer !

426E99A8-B094-498E-9D95-7FDA26F3B4B0

Juste avant la remise des prix, s’est tenue la cérémonie en mémoire de Simon, l’equipier qui est décédé durant l’étape : extraordinairement émouvant avec  tous les équipiers de tous les bateaux et un prêtre (pasteur ?) vraiment remarquable. Je ne connaissais pas Simon mais visiblement une belle personne…

je loge avec dans une maison sympa à 10´à pied du yacht club en coloc avec mes’ copines Anne Lise et Alison, le yacht club étant pour l’instant la seule chose que j’ai vue de Fremantle !

Un des chantiers à chaque fin de course est la voilerie et ce leg 3 n’a pas dérogé à la règle : le code 1 a littéralement explosé ! LF a été très coopérative une matinée entière et on a abattu un gros boulot mais ayant senti notre reconnaissance elle a instantanement arrêté toute activité… Finitions à la main : Fu.. LF mais attention elle est susceptible !

 

Des nouvelles de la famille Clipper Unicef :

Nate, supposé faire le tour d’un monde, est tombé amoureux en Uruguay et a repris un moyen de transport plus rapide pour y retourner !

Ewan a dû arrêter pour des problèmes de santé.

Scott arrête avant le leg 4 (et son fan club français va être déçu !) qu’il devait faire car il est fatigué. Mais il est très fier et à juste titre de ce qu’il a réalisé.

Anne Lise qui ne devait que le leg1 est revenue pour faire 4-5-6-7-8 et devient Team Coordinator à la place de Scott. Ça déménage ! 👍😄

Nous récupérons 2 équipiers de Greenings le bateau qui a coulé…

Et je retrouve avec un immense plaisir la base de l’équipage composée du jeune (mais grand) Seumas, d’Alison notre avitailleuse en chef, de Mirjam notre femme volante, de John l’Australien chef de la voilerie, de mes potes Stuart et Paul, ce dernier étant d’ailleurs mon chef de quart.

 

Demain sortie en mer pour remettre tout le monde dans le bain et départ de la course samedi sous les yeux de mes amis Sarah et Pete qui auront traversé l’Australie pour l’occasion ! Thanks guys !

Le relais va être pris par l’équipe de communication de choc !

See you !

Sylvie

ps : enfin pu aller jeter un coup d’oeil à Fremantle (mais je n’irai pas à Perth faute de temps…)

 

30BCBB23-FE27-484D-913F-9D02BE1629177F7CE425-6688-4100-AA62-A3F823393654343C964A-DA77-4249-884D-5F6E7DBB84573E93ECC7-1AF3-4E66-AC0F-681FBB42F6E0

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

13- Bientôt le départ…

Petit récapitulatif pour ceux qui rattrapent le train en marche (plutôt le bateau) et pour ceux qui auraient loupé des épisodes : je participe donc à la Clipper Race qui est une course autour du monde en équipage avec 8 étapes. J’ai fait le leg 1 (Liverpool-Uruguay)  soit 33 jours de mer. Expérience extra que vous retrouvez dans les articles précédents de ce blog.

IMG_1961
Équipage à l’arrivée à Punta del Este (Uruguay) : Bob, le skipper, est le 2e en partant de la droite

Mais après 2 mois à terre (au boulot !), me voila à nouveau dans les starting blocks pour rejoindre mon bon vieux Unicef pour faire le leg 4 (grosso modo le tour de l’Australie). Contrairement au leg 1 où on n’a pas vu la terre pendant 30 jours, cette 4e étape est constituée de 3 courses :

australie

La première nous emmènera de Fremantle à Sydney : départ le 2 décembre et arrivée vers le 15/17 décembre à Sydney

La seconde est l’officielle Sydney-Hobart : course légendaire qui part le 26 décembre de Sydney et qui arrive 4 à 5 jours plus tard en Tasmanie.

La troisième nous fera remonter jusqu’au début de la barrière de corail dans les Whitsundays. Arrivée prévue vers le 20 janvier.

Je prends donc l’avion samedi pour un long vol vers Perth où Unicef aura dû arriver peu de jours avant en raison d’une traversée de l’Océan Indien difficile (peu de vents portants, beaucoup de près).

Question course, avec un énorme trou de vent (2 jours !) dans le leg 1 (alors que nous étions bien placés) et de grosses avaries dans le leg 2, nous sommes en queue de peloton mais du coup, on ne peut que s’améliorer !

La course est difficile et cette année a déjà eu son lot de catastrophes : nous venons d’apprendre hier soir avec une immense tristesse  le décès accidentel d’un équipier sur Great Britain. Par ailleurs, Greenings s’est mis sur les rochers en Afrique du Sud, heureusement sans aucun blessé, mais le bateau est foutu… Les équipiers ont été réaffectés sur les autres bateaux. C’est de la voile océanique, donc malgré toutes les précautions prises, le risque zéro n’existe pas mais, à part rester dans son canapé (et encore !), toute activité quelle qu’elle soit peut donner lieu à un accident (l’autoroute un weekend de grand départ notamment). Je suis très très prudente à bord et je continuerai à l’être tout autant…

Voilà pour le passage sérieux et réaliste.

Le suivi du blog pendant que je serai en mer sera une nouvelle fois assuré par Vanessa (ma sœur) et Marie (ma fille) : allez-y de vos commentaires et messages, c’est toujours sympa à recevoir… Merci les girls ! Mais les stops étant plus fréquents, je pourrai alimenter moi-même plus souvent le suivi de mes aventures.

La dernière semaine au boulot avant 2 mois d’absence va être très dense… mais je suis entourée de personnes qui me suivent dans mon aventure. Elles vont avoir beaucoup plus de boulot (oui, je travaille un peu quand je suis là !) : merci à toutes et tous pour votre soutien !

Le paquetage est quasiment fini mais un peu lourd…

A bientôt !

DSCF0196

 

 

 

 

 

12- Toucher terre !

IMG_1814IMG_1848IMG_1847IMG_1845IMG_1819IMG_1820IMG_1823IMG_1828IMG_1843Hello tout le monde !

Merci pour tous vos gentils messages tout au long du périple, c’était vraiment sympa et merci aussi à mes 2 chouchous  Marie et Vanessa pour avoir alimenté avec brio mon blog. Je vous adore mes chéries !

Donc me voilà à Punta del Este en Urugay sans avoir pris l’avion et en mettant 33 jours pour y arriver : étrange sensation !

Les derniers jours ont été longs car on s’est enferré dans un énorme trou de vent et la flotte entière nous est passée devant : moral en berne d’autant que cela a rajouté un jour de mer… Mais si la voile était une science exacte, ca se saurait !

On a eu notre lot d’émotions sur les 2 derniers jours : une collision avec une baleine. Unicef va très bien et on craint fortement que ce ne soit pas du tout le cas de la baleine… Hyper impressionnant car elle était contre le bateau… Nous avons plusieurs théories sur ce choc  : baleine dépressive qui s’est jetée sous nos « roues », baleine bigleuse qui nous a confondu avec une de ses congénères ou simplement baleine endormie sans avoir branché le radar… A vous de choisir. On ne l’a pas mis sur le site de la Clipper pour ne pas avoir tout Greenpeace sur le dos… Enfin, notre watch a été baptisée « whale killers ». Heureusement le même jour, on avait sauvé un petit oiseau migrateur : question poids, c’est sur, y’a pas photo, mais une âme sauvée est une âme !!!!

L’arrivée à Punta a été marquée par une panne de moteur (que nous avions déjà eue à Liverpool) mais nos ingénieurs ont trouvé une solution et on a pu entrer dignement dans la marina sans être remorqués !

Beaucoup d’émotions entre tous les membres de l’équipage d’avoir mené à bon port notre beau bateau bleu, tout en s’entendant bien. La fete quel nous faite hier soir était un joli reflet de tout ce que nous avons partagé !

Inutile de vous dire que savourons des choses bien banales : des chiottes horizontaux et immobiles, une chasse d’eau instantanée, pas d’escalade pour rallier 2 points éloignés de 2 m, sans parler de douche (mais ce n’est pas le plus difficile).

Donc fin de l´acte 1, retour à Paris le 1/10, au boulot le 2 mais départ pour l’Australie fin novembre pour le leg 4… L’aventure continue !

Bises uruguyaines !

Sylvie- qui a traversé l’Atlantique nord et sud et aussi l’équateur – : trop fière :-)))

 

 

 

11 – Derniers jours de navigations

C’est reparti pour une tournée de nouvelles ! Et comme vos servantes ont un peu de retard, ce sera deux articles en un pour cette belle journée !

Sans plus tarder, voici un message de Sylvie qui date du 18/09 !

Bonjour, bonjour d’Amérique du Sud !

En fait, depuis l’Irlande, nous n’avons pas vu la terre donc tout ceci est un peu théorique : on se rend compte de notre position sur le GPS mais sinon le paysage est assez constant !!

On est un peu déçu par le peu d’animaux que nous avons rencontrés : des dauphins surtout au début, 2 ou 3 baleines mais c’est à peu près tout.

Pas de petits squatteurs cette fois-ci !

Il fait toujours bon : short et t-shirt dans la journée mais pour les quarts de nuit, les cirés ont refait leur apparition (ils n’ont pas disparu très longtemps !).

Nous avons enfin envoyé le spi ce qui a remis un peu d’horizontalité dans notre univers mais qui recrée un peu de stress concernant la survie de nos spis. Cette nuit après notre watch qui s’est bien passée (avec un empannage sous spi par nuit noir et 25 nœuds de vent), nos petits camarades de la watch suivante nous ont fait quelques trous dans le Code 2 : résultat LF (Little fucker, notre machine a coudre pour ceux qui ont rate des épisodes !) a repris du service (mais sans moi :-))))).

LF aura bien travaillé pendant la traversée !

Ce matin, 30 nœuds de vent, mer agitée à très agitée, et notre cher Unicef, sous la conduite de notre watch, a atteint les 22,8 nœuds : record a battre pour le moment.  Surfs de folie avec un ciel bleu, une mer bleu marine et bien blanche.

On est a 4 jours de l’arrivée et je dois avouer que nous avons tout hâte ! Mon stock de vêtements divers arrive à sa fin et on espère que le nombre de laveries automatiques de Punta absorbera le linge sale (et, soyons honnêtes, puant) de 260 équipiers de la Clipper !

Au moment où j’écris, nous sommes en stealth mode, ce qui signifie que nous cachons notre position à nos concurrents pour 24h. Nous sommes toujours 3e mais les options prises par les uns et les autres et la fin de course avec des courants et des vents changeants risquent de nous apporter encore de la tension ! Même si ça sent l’écurie, les obstacles ne sont pas finis !

 Le Stealth Mode permet à un équipage d’être invisible sur les radars pendant 24h aux yeux des autres équipages… Pas de panique, les organisateurs savent toujours où ils sont ! Après avoir réapparu sur les radars, UNICEF était en deuxième position !

Bises a tous.

Sylvie

Et maintenant celui d’aujourd’hui, 21/09, plus concentré !

Bon, les derniers moments sont un peu difficiles. Notre option à l’ouest est pour l’instant une vraie cata et il nous reste 2 jours pour rétablir (un peu ?!) la situation.

En effet, après avoir décidé de prendre une route à l’Ouest, Unicef est tombé à la neuvième place !

De plus on se prend 24h de plus en mer avant d’arriver.

Rien de grave cependant et tout va bien a bord. On rêve de steak et de vin rouge nuit et jour !

L’arrivée est proche mais pas tout à fait !

A bientôt pour des nouvelles en live !

Bisous.

Voici l’état de la course à l’heure de la publication :Positions_21_15h

C’est tout pour aujourd’hui ! Pas sûre qu’on ait encore des mails, mais avec un peu de chance, le prochain article sera de Sylvie elle-même !

A bientôt !

10 – Visite d’invités et plus d’électricité

En ce 23ème jour de course, UNICEF est en troisième position…

Petit aperçu de la situation de la course le mardi 12 septembre à 16h :

Positions_12_16h
UNICEF est le bateau bleu foncé proche de Recife

Quelle tension ! Sans plus de discours, voici la vision de la course par notre mousse préféré, j’ai nommé Sylvie !

La prochaine fois que je vous donnerai des nouvelles, j’aurai passé l’Équateur mais pour l’instant nous sortons peu ou prou du pot au noir.

Notre pot au noir n’a pas du tout été comme je le pensais c’est à dire calme et agité à la fois mais comme vous allez le constater il n’a pas manqué de rebondissements.

 Vous voulez le savoir pas vrai ? (Non parce que voyez-vous, nous l’avons déjà lu avant de le mettre en ligne et c’est très intéressant…Vraiment, je veux dire, vous allez voir c’est à la fois drôle et aventureux et…  Comment ? Oui bon, on vous laisse lire la suite…)

Nous sommes donc entrés dans le corridor dans lequel nous étions autorisés à utiliser notre moteur. Peu de temps après nous avons été rejoints par Hotelplanner.com à qui nous avons passé une pièce de rechange pour leur générateur. Le nôtre ne marche plus depuis le début mais ce n’était pas le même problème ! Bref, on s’envoie une ligne puis on transborde des bidons. Le truc super sympa est que pour nous remercier les Family planning (leur surnom) nous ont envoyé des glaces et des bonbons ! Trop top a mon réveil en nage (il fait une chaleur à crever) de siroter une petite glace.

 Dites donc…Ce serait presque le Club Med’ !

Voici une petite photo des bateaux (et donc Hotelplanner.com au départ de Liverpool !)

IMG_9546.jpg
Les bateaux au départ de Liverpool…On peut distinguer Hotelplanner.com au loin ! Merci à Thomas Mortelette pour la photo!

Au moment où j’écris, le vent vient de se relever et je suis assise par terre, l’ordi sur les genoux coincée contre la paroi de la nav’ station : faut-il que je vous aime pour vous écrire dans de telles conditions !!! L’autre bon point c’est que je n’ai vraiment plus du tout mal au cœur (ceci dit, je n’ai vraiment pas trop été touchée).

Bref retour à mes aventures : alors que nous filions à 8 nœuds au moteur depuis 2 jours en essayant d’élaborer la meilleure stratégie de négocier notre Doldrums corridor, Stuart et Nate, nos deux ingénieurs, ont annoncé une trés mauvaise nouvelle : nous n’avions plus que 3 heures d’autonomie alors qu’il nous restait une douzaine d’heures de moteur et une bonne vingtaine de jours de mer… Pourquoi cette  grosse carence ? Plusieurs explications s’ajoutent : le moteur consomme plus que le générateur, nous n’avons pas mis le mode éco sur la partie Doldrums…. Bref, le résultat est là ! Nous avons donc appelé à la rescousse les autres bateaux et c’est Visit Seattle qui est venu avec dans ses bagages 7 jerricans de diesel. Transbordement impressionnant par une quinzaine de nœuds de vent et de la mer entre ces deux gros bateaux. Pour les remercier, nous leur avions fait un gâteau au chocolat et de leur coté, ils nous ont adressé un petit poème où ils se moquaient allégrement de notre infortune !

Vous pouvez retrouver la photo prise par Visit Seattle dans l’article 9 juste ici…Oui, on s’était un peu avancé dans les news !

 

A l’arrivée, rien de grave si ce n’est que nous sommes passés en mode super restriction : eau douce uniquement pour boire (plus de douches ni de lessives), utilisation du courant à son minimum (on n’a finalement pas coupé les mails ouf !). Donc à 15 jours de l’arrivée environ, nous sommes en mode Koh-Lanta !

 Plus trop Club Med’ finalement…

Les journées se suivent et certaines se ressemblent beaucoup dans leur rythme.

A part nos mésaventures, nous sommes bien revenus dans la course et du coup, Bob the Boss nous met la pression pour aller vite. Bonne nouvelle aussi est que le changement d’heure fait que ma watch (mon quart) ne fait plus le diner du soir : alleluah !  Depuis 15 jours, j’ai fait la cuisine 2 soirs sur 3 pour 21 pequins. Maintenant nous faisons la vaisselle du déjeuner et le dessert du soir : vacances !!!!

Dans les visites, un autre petit oiseau à annexé notre bateau, se baladant comme s’il était chez lui, descendant à l’intérieur, se posant sur le bouquin de Thomas, notre doyen suédois puis il est allé se reposer dans un petit coin, puis il est reparti le lendemain !!!!

Toujours dans les visites, il y a des milliers de poissons volants et le bateau les fait s’envoler ce qui fait le bonheur des (quelques) oiseaux que nous rencontrons et qui les chasse avec une agilité incroyable !

Bon, on commence tous à parler de l’Urugay, notre premier repas, le premier verre, la première douche, de dormir dans un lit à plat et, luxe suprême, le fait de tirer la chasse d’eau des toilettes, en appuyant simplement sur un bouton !!!! On a passé le cap des trois semaines mais il en reste encore deux et cela nous semble encore très long !!!

Petite image de Punta del Este mise en ligne par la Clipper !

rf_punta_del_este_puerto_1331.JPG
Punta del Este

Chers famille et amis, profitez bien de tous ces petits luxes et trinquez à ma santé en attendant que je ne fasse de même à Punta del Este!!!

Des bises chaudes et transpirantes de l’Équateur !

 

C’est tout pour aujourd’hui !

Comme toujours, si vous voulez envoyer des messages à Sylvie, n’hésitez pas à les mettre en commentaire ou à les envoyer par Facebook à Vanessa !

As usual feel free to leave a comment below or contact Vanessa on Facebook to send some news to Sylvie !

A bientôt pour de nouvelles nouvelles !